Jabulile Nhlapo: Et si nous pouvions… rendre la médecine mobile?

Ingénieure en mécanique (associée), WSP, Mécanique du bâtiment, Afrique

La rapidité est essentielle à la médecine moderne. Dans les villes, on a l’habitude d’entendre des sirènes de jour comme de nuit lorsque des personnes malades ou blessées sont transportées d’urgence vers un hôpital. Les urgences qui surviennent à proximité d’un hôpital peuvent être prises en charge assez rapidement, mais il en est autrement pour les cas urgents qui se présentent en zone éloignée. C’est particulièrement vrai dans les communautés rurales de régions moins développées du monde.

Et si nous pouvions rendre la médecine mobile? Imaginez si nous pouvions envoyer de l’équipement médical, des médicaments et d’autres éléments vitaux, comme du sang, directement sur les lieux d’une urgence, plutôt que de transporter le patient. Imaginez si les patients affaiblis souffrant de conditions chroniques pouvaient être traités au premier point d’accès ou dans leur domicile en milieu rural plutôt que dans des villes loin de leur famille et de leurs amis.

En Afrique, de nouveaux services faisant appel à des drones pour la livraison de produits médicaux pourraient servir de modèle. L’entreprise de robotique Zipline de la Silicon Valley s’est associée au ministère de la Santé du Rwanda afin d’exploiter dans ce pays un service de livraison par drones pour l’approvisionnement des cliniques éloignées, notamment en sang et en vaccins. Ce service est offert « à la demande », et les commandes sont effectuées par messages textes.

Dans un centre de distribution central, Zipline emballe les articles en vue de leur transport aérien, et, quelques minutes après avoir passé leur commande, les travailleurs de la santé reçoivent la confirmation que leurs produits ont décollé et qu’ils leur seront acheminés à plus de 100 km/h. Les produits atterrissent à l’aide d’un parachute, et leur arrivée est confirmée par message texte.

Cette méthode est particulièrement efficace pour le transport de sang. Elle permet aux centres de soins de santé et aux cliniques de conserver moins de sang sur place, ce qui évite le gaspillage, puisque la durée de conservation du sang est très courte. Il a été démontré que la livraison directe de sang dans les villages éloignés contribue à réduire la mortalité maternelle associée à la perte de sang pendant l’accouchement. La livraison régulière de sang frais dans les communautés éloignées favorise aussi le traitement sur place de l’anémie causée par la malaria, fréquente chez les enfants.

Aux quatre coins du monde, des milliards de personnes n’ont pas d’accès adéquat à des produits médicaux essentiels, en raison de terrain difficile ou de lacunes en matière d’infrastructures. On comprend donc facilement en quoi les drones, que l’on nomme aussi « véhicules aériens sans pilote » (UAV), peuvent jouer un rôle important pour rendre la médecine mobile. Les UAV permettent d’effectuer des livraisons par-delà les rivières, lacs ou montagnes.

Ils comportent cependant des limites. À l’heure actuelle, les services de livraison par drones sont uniquement offerts dans les régions où le trafic aérien est très faible. Dans les régions où le trafic aérien est dense et où l’espace aérien est strictement réglementé, utiliser des UAV de cette manière présente un défi supplémentaire. Pourrions-nous surmonter ces obstacles? Peut-être bien. Il ne faut pas sous-estimer les barrières réglementaires, mais la plupart des UAV volent à une altitude inférieure à celle du trafic aérien actuel, ce qui offre une occasion intéressante.

Chez WSP, nous croyons que ce n’est qu’une question de temps avant que l’utilisation de technologies comme les UAV devienne une pratique médicale courante partout dans le monde. Dans les villes, les UAV pourraient survoler la congestion et livrer des produits beaucoup plus rapidement que les véhicules d’urgence. En cas de catastrophes naturelles, comme des tremblements de terre ou des inondations, les UAV pourraient survoler des routes impraticables.

L’une des clés pour concrétiser l’adoption de cette technologie sera de repenser la mécanique du bâtiment ainsi que l’infrastructure numérique lors de la conception d’hôpitaux, de cliniques et de centres de services connexes, comme des postes d’ambulances, pour veiller à ce qu’ils soient en mesure de gérer le transport par UAV dans l’avenir.

Il est possible que nous devions éventuellement prévoir des plateformes d’atterrissage pour les UAV lors de la conception des hôpitaux, de même que des stations de chargement pour permettre des vols sur de plus longues distances. Par souci d’efficacité énergétique, des panneaux photovoltaïques pourraient être installés sur les bâtiments afin de tirer parti de l’énergie solaire pour le chargement à certains endroits.

exterior view- middleburg district hospital

Hôpital régional de Middelburg, Afrique du Sud

L’intégration numérique des services hospitaliers pourrait permettre un suivi plus poussé des UAV. Il serait ainsi possible de programmer les heures de décollage et d’atterrissage de multiples livraisons, comme on le fait pour les vols dans un aéroport.

Avec de telles infrastructures en place, les UAV pourraient aussi servir au transport de matériel non urgent, comme des échantillons prélevés pour des tests en laboratoire. En plus d’alléger la circulation routière, ce service s’avérerait flexible et rentable à long terme, une fois que les coûts initiaux auraient été absorbés. Ce type d’infrastructure numérique faisant appel à l’« Internet des objets » pourrait ouvrir un monde de possibilités dans le domaine de la médecine mobile.

Il est possible de transformer ces possibilités en réalités, puisque les technologies sous-jacentes sont déjà à notre portée. L’intégration des UAV aux infrastructures médicales numériques et physiques exige une nouvelle façon de penser et une approche créative, mais elle est possible.

Il est important de se rappeler les avancées importantes déjà réalisées en Afrique et de soutenir les nouveaux services qui assurent le transport rapide de médicaments à tant de gens qui en ont un urgent besoin.

Related Articles

Matthew Marson – Et si on pouvait… concevoir un hôpital vraiment intelligent?

Mais si on pouvait concevoir un hôpital vraiment intelligent? Un immeuble avec un « cerveau » numérique et une intelligence artificielle qui peuvent se connecter aux besoins des patients et y répondre à tous les égards?

Nolan Rome: Et si nous pouvions… concevoir un hôpital pour enfants prêt pour l’avenir?

Et si nous pouvions utiliser les technologies intelligentes pour concevoir des hôpitaux pour enfants prêts pour l’avenir? Comment se distingueront-ils des hôpitaux pour enfants que nous connaissons aujourd’hui?

Et si nous pouvions…concevoir des salles d’opération pour le futur?

Et si nous pouvions concevoir et construire des installations opératoires pour le futur? Comment seraient-elles différentes des locaux qu’utilisent aujourd’hui les chirurgiens? Et comment maximiser l’avantage que confère chaque nouveau bond en avant en matière de technologies médicales?

Congrès européen de conception pour le secteur de la santé 2018

Nous nous tournons vers l’avenir au Congrès européen de conception pour le secteur de la santé

2018-12-12T07:50:38+00:00